Semaine de la francophonie de Toronto : Journée familiale

Rapprochons les francophonies canadiennes, ensemble!

Biographie professionnelle 

Sonia LeBel complète ses études en droit à l’Université de Montréal et passe son Barreau en 1991. Elle œuvre comme procureure aux poursuite criminelles et pénales durant plus de 20 ans.  

Elle se révèle au grand public en agissant comme procureure en chef de la Commission Charbonneau, de 2012 à 2015. 

En 2016, elle accepte de se joindre à l’équipe de François Legault, alors 2e groupe d’opposition (Coalition avenir Québec). Lors de l’élection de 2018, elle est élue députée de Champlain, sous la bannière de la Coalition Avenir Québec.   

François Legault la nomme ministre de la Justice, procureure générale du Québec, ministre responsable des relations canadiennes et de la francophonie canadienne, ministre de la condition féminine et ministre responsable des Institutions démocratiques, de la réforme électorale et de l’accès à l’information.  

Au cours de son mandat comme ministre de la Justice, Me LeBel a fait adopter trois projets de loi. Le projet de loi 6, loi transférant au commissaire au lobbyisme la responsabilité du registre des lobbyistes et donnant suite à la recommandation de la commission Charbonneau concernant le délai de prescription applicable à la prise d’une poursuite pénale, Le projet de loi 32, Loi visant principalement à favoriser l’efficacité de la justice pénale, et le projet de loi 55, Loi modifiant le Code civil pour notamment rendre imprescriptibles les actions civiles en matière d’agression à caractère sexuel. Elle a aussi mis sur pieds le comité d’élues et un comité d’experts sur l’accompagnement de personnes victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale.  

En juin 2020, le premier ministre la nomme ministre responsable de l’Administration gouvernementale, présidente du Conseil du trésor, ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Réforme électorale et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne. 

L’environnement est-il le grand perdant de la COVID-19 ?

Je m’appelle Annamie Paul.

Je suis la fille d’immigrants arrivés au Canada en provenance des Caraïbes dans les années 1960. Lorsque ma mère et ma grand-mère sont arrivées, elles ont accepté des emplois de domestiques – le principal emploi pour les femmes noires à l’époque. Comme beaucoup d’immigrants, ma mère a travaillé dur pour reprendre sa profession d’enseignante et a travaillé pendant plus de 30 ans dans les écoles de Toronto. Ma grand-mère, qui avait été infirmière et sage-femme, est devenue aide-soignante.

Ma mère aime son pays d’adoption et était déterminée à ce que sa famille embrasse tout ce que le Canada a à offrir. Même si elle n’avait jamais vu de neige avant de venir au Canada et qu’on lui avait appris à rester hors de la mer, elle a insisté pour que nous apprenions tous à nager et à patiner. Et lorsque le gouvernement a annoncé le lancement d’un programme national d’immersion française, ma mère nous a inscrits. J’ai été moi-même parmi le premier groupe d’élèves à obtenir leur diplôme de ce programme à la fin des années 1980 à Toronto.

J’ai été engagée dans la politique publique dès mon plus jeune âge. Ma mère a une photo de moi à 12 ans dans mon uniforme de Page de l’Assemblée législative de l’Ontario, et je me souviens encore des rassemblements, des manifestations et des grèves où elle m’a emmenée. J’ai ensuite complété une maîtrise en affaires publiques à l’Université Princeton, le programme en droit à l’Université d’Ottawa et je suis devenue membre du Barreau de l’Ontario. Au fil des ans, j’ai eu l’honneur d’être sélectionnée en tant que Action Canada FellowEchoing Green Fellow, en tant que membre du programme de recrutement de leaders en politiques, membre de la Société honorifique de common law de l’Université d’Ottawa et lauréate du Prix Harry Jerome.

Une grande partie de ma vie professionnelle a été consacrée aux affaires internationales. J’ai travaillé à l’étranger en tant que directrice d’une ONG vouée à la prévention des conflits à Bruxelles, en tant que conseillère à la Cour pénale internationale à La Haye et en tant que spécialiste des questions politiques dans la mission du Canada auprès de l’Union européenne. J’ai cofondé et codirigé le BIPP HUB à Barcelone: un centre d’innovation pour les ONG internationales travaillant sur les défis mondiaux. J’ai également siégé au conseil d’administration et conseillé un certain nombre d’ONG internationales, notamment le Climate Infrastructure Partnership (CLIP)Higher Education Alliance for Refugees (HEAR) et Institute for Integrated Transitions (IFIT).

Jusqu’à récemment, mon travail professionnel m’a largement empêché de participer à la politique partisane. Néanmoins, la promotion de la diversité dans la politique canadienne est un de mes engagements de longue date et j’ai toujours trouvé les moyens de militer en ce sens. Après mes études supérieures, j’ai fondé et dirigé le Canadian Centre for Political Leadership (CCPL) de 2001 à 2005: un organisme de bienfaisance non partisan qui a formé des femmes et des personnes issues de minorités sous-représentées à se présenter aux élections. Je suis fière que les anciens stagiaires du CCPL servent aujourd’hui leurs communautés dans des rôles élus. J’ai fait du bénévolat pour Operation Black Vote Canada (OBVC) et j’ai siégé au comité directeur d’Equal Voice Canada, deux organisations non partisanes qui travaillent à diversifier notre représentation politique. J’ai également publié des articles et des documents d’orientation sur l’inclusion sociale et la représentation dans la politique canadienne.

Aux élections fédérales de 2019, j’ai représenté le Parti vert du Canada comme candidate dans Toronto-Centre. Je me suis présentée contre le ministre des Finances, Bill Morneau, et j’ai contesté le bilan libéral de construction de pipelines tout en négligeant nos communautés. Nous avons obtenu le deuxième meilleur résultat pour le Parti vert dans la Région du grand Toronto, et avons presque triplé le vote vert dans la circonscription. J’étais vraiment fière de la façon dont mon équipe de campagne a également pu soutenir d’autres candidats et circonscriptions verts dans toute la ville.

Je suis chef du Parti vert du Canada. Je parle anglais, français, catalan et espagnol.

Je suis mariée depuis 23 ans. Mon partenaire est un avocat international des droits de la personne spécialisé dans les négociations de paix et la réconciliation. Nous avons deux fils adolescents, que j’appelle alternativement « tes enfants » ou « mes enfants » selon mon humeur.

Kelly Burke : premier rapport annuel

Pour une relance économique réussie

Biographies

John M. Beck

John M. Beck est fondateur et président et chef de la direction d’Aecon Group Inc. (TSX :ARE), la plus importante entreprise de construction et de développement d’infrastructures au Canada. Chef de file dans la prestation de services aux clients du secteur privé et du secteur public au Canada et à l’étranger, Aecon dessert principalement les secteurs de l’infrastructure, de l’énergie et des mines.

Diplômé en génie civil de l’Université McGill, M. Beck a plus de 50 ans d’expérience dans l’industrie de la construction au Canada et à l’étranger. Ses antécédents comprennent le leadership d’entreprise dans de nombreuses activités de construction, y compris des projets civils lourds et des partenariats public-privé pour le développement de l’infrastructure, tells que les aéroports, les routes à péage et les systèmes de transport en commun.

M. Beck est actuellement membre du Conseil d’administration, du Conservatoire royal de musique et a été coprésident des industries de l’infrastructure et du développement urbain au Forum économique mondial (World Economic Forum). Il est membre du Conseil consultatif de l’École des politiques publiques de l’Université de Calgary et est également membre du Conseil canadien des affaires. Il était auparavant président du Conseil d’administration de l’Office de l’électricité de l’Ontario (Ontario Power Authority), un organisme gouvernemental chargé de planifier et d’approvisionner tous les besoins énergétiques de la province pour les 20 prochaines années. En 2013, il a été nommé champion de l’année en PPP par le Conseil canadien des partenariats public-privé. En reconnaissance de ses réalisations exceptionnelles et de sa carrière au sein de la profession d’ingénieur, M. Beck a été intronisé à l’Académie canadienne du génie.

 

Glenn O’Farrell, ICD.D

Glenn a étudié l’économie, le droit, la gestion des affaires, la gouvernance d’entreprise et l’analyse des données à St. Francis Xavier University, à l’Université Laval, à Québec, à la Johnson School of Management de Cornell University, à la Rotman School of Management de l’University of Toronto et à la Schulich School of Business de York University. Il est membre du Barreau du Québec et de l’Institut des administrateurs de sociétés. Il est un innovateur en matière de développement des affaires, ayant fait ses preuves dans ce secteur tout au long de sa carrière.

Glenn siège aux conseils d’administration du média d’information indépendant Le Devoir, de la Commission de l’énergie de l’Ontario et de l’Université de l’Ontario français. En septembre 2019, il a été nommé conseiller économique de la ministre aux Affaires francophones, Caroline Mulroney. Glenn a souvent tenu les rôles de conférencier principal et d’expert reconnu dans le domaine des médias numériques, et ce, au Canada et au niveau international.

De 2010 à 2019, Glenn a été président et chef de la direction du Groupe Média TFO. Auparavant, il a occupé les postes de vice-président du Réseau Pathonic/TVA, à Québec ; avocat général, chef de la réglementation, premier vice-président à CanWest Global, à Toronto ; président de Global Québec, à Montréal, ainsi que président et chef de la direction de l’Association canadienne des radiodiffuseurs, à Ottawa.

Soirée 35e anniversaire

Retrouvez cette webémission au : https://www.livemeeting.ca/meeting/celebration-35e-anniversaire/

Soirée Saphir 2020

En présence de Mmes Aldea Landry, Pauline Marois et Kathleen Wynne.

Un souhait devenu réalité : Découvrez l’Université de l’Ontario français

Biographie

Après avoir complété ses études de baccalauréat et de maitrise à l’Université de Montréal, André G. Roy a obtenu son doctorat en géographie de la State University of New York (Buffalo) en 1982. En 1982, il devient professeur au Département de géographie de l’Université de Montréal où il fera carrière jusqu’en 2011. Son programme de recherche axé sur la géomorphologie fluviale et l’hydrologie des bassins-versants s’est rapidement développé grâce à la contribution d’excellents étudiants. Il a supervisé plus de 55 étudiants aux études supérieures. Le professeur Roy a été le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en dynamique fluviale (2003-11).

À ce jour, il a publié plus de 150 articles scientifiques avec arbitrage dans une large gamme de revues en géographie, sciences de la terre, génie et biologie incluant Nature. Ses recherches portent autant sur le développement des connaissances fondamentales sur l’écoulement en rivière que sur des aspects plus pratiques liés à la réponse des rivières aux changements environnementaux.
L’excellence et la portée de ses contributions scientifiques ont été reconnues par de nombreux prix incluant le Prix pour la distinction en recherche de l’Association canadienne des géographes et le prix Michel Jurdant de l’Association francophone pour le savoir en 2012 (ACFAS).

Le professeur Roy est aussi reconnu pour l’excellence de son enseignement. Il a reçu le prix d’excellence en enseignement de l’Université de Montréal (1996) et celui de l’Association canadienne des géographes (1999). Il a été un membre actif de sa communauté scientifique comme président du groupe canadien de recherche en géomorphologie et de l’Association canadienne des géographes (2002-2004).

Son expérience en administration universitaire est vaste. Il aura été Directeur de son département pendant sept ans, vice-doyen à la recherche de la Faculté des arts et des sciences à l’Université de Montréal, doyen de la Faculty of Environment à l’University of Waterloo et plus récemment doyen de la Faculté des arts et des sciences de l’Université Concordia à Montréal.
Son immense contribution à l’éducation a été reconnue lorsqu’il a été reçu comme membre distingué de l’Ordre de l’excellence en éducation du Québec en 2018.

Gala RelèveON 2020

Découvrez les finalistes et lauréats de l’édition 2020 des Prix RelèveON.

En outre, un prix Coup de cœur sera décerné.

 

Le prix Hommage sera décerné à Julia Deans, présidente-directrice générale d’Habitat pour l’humanité Canada

Développement économique : stratégies financières et innovation. Planifier une sortie de crise réussie.

Organisé en partenariat avec le RGA (Regroupement des gens d’affaires de la Capitale nationale).

 

Retrouvez l’intégralité de cette webémission à : https://www.livemeeting.ca/profile/club-canadien-de-toronto/

 

Allocution d’ouverture par

l’honorable Mona Fortier

Ministre de la Prospérité de la classe moyenne et ministre associée des Finances,
gouvernement du Canada

Allocution de clôture par

l’honorable Caroline Mulroney

Ministre des Transports et ministre des Affaires francophones de l’Ontario

Panélistes :

Karima-Catherine Goundiam, présidente-fondatrice et Red Dot Digital Inc et créatrice de b2beematch.com

Karima-Catherine (KC) est la fondatrice et directrice générale de B2BeeMatch, une plateforme de réseautage lancée en 2020 où petites et moyennes entreprises peuvent faire connaissance, joindre leurs forces, accroître leurs activités ou leur clientèle. En 2014, KC a fondé Red Dot Digital, une firme de stratégie numérique et de service-conseil en matière de gestion dont l’approche novatrice repose sur l’analyse de données.

KC cumule une vingtaine d’années d’expérience en stratégie de campagne intégrée à l’échelle internationale et en gestion de projets, entre autres comme responsable des médias numériques et sociaux de Deloitte Canada et de son équipe mondiale, d’Osler, ainsi que de ceux de Ford.

 

Eric Grondin, CPA, CA – Associé | Services conseils, Deloitte

Cumulant plus de vingt ans d’expérience, Éric assure un support à une clientèle diversifiée, et ce, dans ses divers besoins de gestion. Il supervise les interventions dans les domaines d’achat/vente d’entreprise, d’analyse financière, de modélisation financière, de consultation en matière de financement, de coaching de gestion, de planification stratégique, de restructuration financière et de conception et mise en place de systèmes de gestion.

Il supervise l’équipe des Services-conseils pour la région Centre & Sud et Ouest du Québec.

 

Alexandre Lemieux, directeur général, Groupe solutions de gestion des risques, Banque Nationale du Canada

Alexandre œuvre à la Banque Nationale depuis les 17 dernières années.

Son parcours diversifié, tel que conseiller sénior en revenu fixe, lui a permis d’être en contact étroit avec tous les secteurs d’activités majeurs : commerce de détail, fabrication, santé, gouvernemental, immobilier, etc. et de les assister dans l’identification et la gestion des risques financiers. Alexandre bénéficie ainsi d’une vaste connaissance de la clientèle de la Banque, combinée à une compréhension approfondie des marchés de devises, taux d’intérêt et commodités.

 

Joëlle Mulombo, conseillère en placement, BMO Nesbitt Burns Inc.

Diplômée de l’École Supérieure de commerce de Clermont-Ferrand en France, Joëlle est aussi détentrice d’un master de l’Université Métropolitaine de Londres en finance internationale.

Arrivée à Toronto en 2008, elle a eu l’opportunité de commencer le premier Réseau professionnel des Employés Noirs (RPEN) de BMO au Canada. Ce réseau, qui ne comptait qu’une dizaine d’employés à sa création, compte plus de 450 à travers tout le Canada aujourd’hui.

 

Débat animé par :

Étienne Fortin-Gauthier, journaliste à ONfr+/Groupe Média TFO